Comment entretenir un coupe-choux ?
Conseils

Comment entretenir un coupe-choux ?

L’entretien d’un coupe-choux est primordial. Suivez nos conseils pour conserver voter coupe-choux en bon état et vous assurer un rasage confortable.

Un bon outil s’entretient bien, et les rasoirs sont bien gardés. Quand on parle d’entretenir son coupe-choux, on pense tout de suite à l’affûtage / aiguisage. Juste une petite précision, ces termes s’appliquent quand on aiguise un rasoir sur une pierre, ce qui arrive en fait assez rarement ! C’est un peu comme pour une voiture, on ne l’emmène pas chez le garagiste si elle n’a pas de problème. Et pourtant on entretient sa voiture de temps en temps soi-même. Il existe donc d’autres petites choses à faire pour bien entretenir votre coupe-choux. Voici les différentes façons et moments d’entretenir un coupe-choux, et vous trouverez un article plus détaillé pour chaque type d’entretien pour étayer ces premières informations.

Alors, comment entretenir un coupe-choux ? Voici Les différentes étapes, accessibles à tous, si on prend le temps de s’en occuper :

Comment affûter un coupe-choux ?

L’affûtage sur pierre intervient quand votre coupe-choux a des accrocs, des chocs, des dents, bref, qu’il est bien émoussé et qu’il ne rase plus du tout. Quand on a un coupe-choux et qu’on l’entretient correctement, il n’est pas utile d’avoir tout un set de pierres. Si le rasoir est bien entretenu, il n’a pas besoin de voir une pierre pendant des années.

En général, une pierre a un grain précis (on parle de “grit”), qui est défini par la finesse des grains qui la composent. Une pierre grossière sera dans les 800 / 1000, et servira pour enlever les dents et recréer un biseau. Une pierre intermédiaire créera le fil, son grain va de 2000 à 6000 généralement. Au-delà de 8000, on est sur des pierres de finitions, qui vont polir le tranchant et lui donner toute sa finesse. Bien sûr, si la lame n’a qu’un petit besoin, il n’est peut-être pas nécessaire de descendre jusqu’à 800.

Certaines pierres sont double face, pour gagner en place et économiser sur l’achat de deux pierres. Certaines pierres sont synthétiques et leur grain est fixe, d’autres pierres sont naturelles et leur grain peut énormément varier, selon la façon dont on les prépare, mais aussi selon la veine dont elles sont tirées, etc…

👉 Pour en savoir plus, lisez notre article : Comment affûter un coupe-choux ?

Une fois le rasoir passé sur ces pierres, il faut finir l’affûtage en passant le coupe-choux sur un cuir. Cette étape de l’affûtage s’appelle l’affilage.

Comment affiler un coupe-choux ?

L’affilage est la partie finale de l’affûtage, qui se réalise sur un cuir, c’est pourquoi on trouve aussi bien des cuirs à affiler ou cuirs d’affûtage, qui désignent la même chose. Il existe plusieurs types de cuirs, ils ont tous la même finalité mais certains détails peuvent en rendre certains plus adaptés aux débutants que d’autres.

Le matériel d’affilage

On appelle couramment “cuir” tout outil qui sert à l’affilage. Il n’est pas nécessaire d’en avoir plusieurs, un seul suffit pour l’entretien simple et courant. Ce “cuir” peut avoir plusieurs formes :

  • Le paddle : c’est une sorte de raquette de bois sur laquelle sont collés des morceaux de cuir ou de bois d’aloès (un bois très friable).
  • Le strop : c’est une sorte de ceinture souvent double, composée d’une lanière de cuir et d’une lanière de canevas.
  • Le tendeur est une variante du paddle, ici la pièce de cuir est unique mais montée sur un mécanisme qui permet de la tendre automatiquement.
Affiler coupe-choux : paddle
Paddle
Affiler coupe-choux : strop en cuir
Strop
Affiler coupe-choux : tendeur à vis
Tendeur à vis

Dans tous les cas, on garde un côté qu’on enduit de pâte abrasive (le côté cuir le plus rugueux, ou le côté canevas, ou bois d’aloès), et un côté qu’on garde nu (le côté le plus lisse). Le côté pâte abrasive sert quand la lame est fatiguée et tire les poils (environ une à deux fois par mois), tandis que le côté nu servira à chaque utilisation, avant et après le rasage.

Mais pourquoi utilise-t-on du cuir ? Et bien parce que c’est la matière qui nettoie et polit le mieux le fil du rasoir. En effet, sa viscosité naturelle va permettre d’épouser le métal au plus prêt, et de nettoyer les tout petits restes de savon et de poils.

Utiliser son cuir à affuter

Le tendeur est beaucoup plus simple pour débuter, car la tension du cuir se fait très facilement et la plupart sont déjà enduits de pâte verte. On peut donc démarrer avec du matériel de qualité prêt à servir. C’est quand on a bien pris la main qu’on peut passer au strop + canevas (si on le souhaite, bien sûr).

Sur le cuir, quel que soit le côté, on pose la lame bien à plat et on passe le rasoir dos en avant, en faisant des allers-retours en X. Un aller-retour = une passe. Arrivé au bout de son cuir, on pivote sur le dos, sinon on abîme le cuir ET le rasoir. Les passes se font de la même façon que ce soit sur le côté canevas ou le côté cuir. On compte les passes qu’on fait sur le côté pâte, et on fait le double (au moins) sur le côté nu.

Le principe est le même sur un paddle et sur un strop. On peut tenir le paddle à la main (la grande majorité ont des poignées), mais on peut aussi le poser à plat sur une table. Pour le strop par contre, il faut l’attacher quelque part, grâce à son crochet. Une poignée de porte est généralement la meilleure façon d’accrocher sa lanière. Une fois accrochée à une extrémité, on tire sur l’autre extrémité pour tendre le cuir. C’est cette tension qui va permettre de repasser son coupe-choux efficacement, ou au contraire de l’abîmer si la tension n’est pas bonne.

Vous souhaitez en savoir plus ? 

👉 Regardez le tutoriel vidéo de Filslade

👉 Lisez notre article : Comment utiliser un cuir d’affûtage ?

Comment prendre soin d’un coupe-choux pendant le rasage ?

L’entretien d’un rasoir passe aussi par une utilisation correcte ! Bien sûr il faut éviter de le faire tomber ou de le cogner, ça c’est assez évident. Au-delà du risque de perte d’orteil, l’acier est tellement fin et fragile qu’il risquerait de se fendre, et donc de rendre votre coupe-choux complètement utilisable. Par contre, d’autres éléments auxquels on ne pense pas forcément peuvent venir endommager le rasoir durant son utilisation :

  • L’acide des mains : ne prenez jamais votre rasoir avec des mains sales ou si vous avez transpiré. La main génère naturellement un film gras de protection de l’épiderme. Si la main est sale, ou a transpiré, ce gras est rapidement acide et très nocif pour le métal de votre coupe-choux. Des traces d’oxydation peuvent apparaître quelques heures à peine après avoir touché un rasoir avec des mains sales !
  • Passer le rasoir sous l’eau : et oui ! Bien qu’il serve en milieu humide, il faut absolument que votre coupe-choux touche l’eau le moins possible. La preuve, les barbiers d’autrefois utilisaient soit des coupelles en caoutchouc, soit la paume de leur main qui ne tient pas le rasoir, soit des serviettes propres posées sur l’épaule pour essuyer leur rasoir entre les passes. Le rasoir ne touchait pas l’eau ! Les aciers utilisés pour fabriquer des rasoirs droits ne sont pas inoxydables. Même les rasoirs dits “inoxydables” ne le sont pas tant que ça. Prenez l’habitude d’éloigner le plus possible votre rasoir de l’eau et de l’humidité en général.
  • Le papier hygiénique : n’utilisez pas de papier hygiénique type sopalin pour nettoyer votre rasoir, car il est légèrement abrasif et risque de rayer le métal. Il peut également laisser de fines particules qui vont stagner sur la lame, et comme elles sont absorbantes, elles vont garder l’humidité dans le rasoir. L’utilisation du sopalin pour essuyer un rasoir est en fait contre-productif !

Ces éléments paraissent anodins mais sont de véritables ennemis d’un coupe-choux bien entretenu.

Pour en savoir plus, lisez notre article : Comment utiliser un coupe-choux ?

Comment stocker un coupe-choux ?

Il arrive souvent que l’on ne se serve pas d’un rasoir pendant une certaine période. Il est alors recommandé de huiler son rasoir pour protéger l’acier des éléments extérieurs et de l’humidité ambiante. Certaines huiles sont spécialement conçues à cet effet. Veillez à bien sécher votre rasoir avant de le ranger. Vous pouvez utiliser un sèche-cheveux pour enlever l’eau présente dans votre rasoir, mais allez-y doucement, certaines chasses anciennes risqueraient de se déformer. Inspectez bien le pivot et entre les chasses, pour qu’aucune goutte ne reste.

L’huile de camélia (Böker en propose) est une bonne huile naturelle, pour conserver un coupe-choux sur de courtes périodes. Naturelle, elle n’est pas nocive avec la peau.

Entretenir un coupe-choux : l'huile de camélia
Huile de camélia

L’huile spéciale Mühle est un excellent lubrifiant qui respecte la peau et est très économique. Il peut également vous servir pour entretenir votre cuir à affuter !

L’huile de vaseline, souvent employée pour l’entretien des mécanismes, est également excellente car très durable, mais il faudra bien la rincer avant de vous resservir de votre coupe-choux.

Il faut dans tous les cas garder votre rasoir dans un endroit à l’abri de l’humidité et des mains innocentes. Les étuis cuir sont très pratiques pour ranger les coupe-choux, et sont en plus généralement très beaux. Les collectionneurs peuvent également considérer l’achat d’un coffret semainier ou d’un étui plumier pour ranger leurs plus belles lames.

Pour en savoir plus :

👉 Regardez le tutoriel vidéo de Guimhoy

👉 Lisez notre article : Comment stocker un coupe-choux ?

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.