L'histoire de Thiers-Issard
Artisans

Les coupe-choux Thiers-Issard : une histoire légendaire !

La fabuleuse histoire de Thiers-Issard, le fabricant de coupe-choux historique en France qui a traversé les temps.

L’origine des coupe-choux Thiers Issard

L’histoire des coupe-choux Thiers-Issard commence avec celle de M. Pierre Thiers, né à Thiers en 1860. La famille Thiers, qui porte le nom de la ville de Thiers, capitale de la coutellerie française dont la renommée est internationale, avait une solide réputation de fabricant de rasoirs et possédait sa propre forge.

A peine âgé de 10 ans, Pierre Thiers commença comme apprenti d’un maître forgeron. 14 ans plus tard, son savoir-faire étant reconnu par ses pairs, il décida de créer sa propre forge et manufacture de rasoirs.

Portrait de Pierre Thiers et de sa femme
Portrait de Pierre Thiers et sa femme.

Afin de se différencier des autres familles de la ville qui portaient également le nom de Thiers (on retrouve dans une charte datée de 1582, qui mentionne tous les maîtres couteliers de la ville de Thiers, trois familles portant le nom Thiers), il ajouta à son nom celui de sa femme afin de nommer son entreprise Thiers-Issard.

La transmission de Thiers-Issard au fil des générations

À la mort de Pierre Thiers en 1929, sa femme reprit la gestion de l’entreprise pour assurer la continuité de la fabrication des rasoirs. Son fils, appelé Pierre comme son père, aide sa mère puis reprend à son tour les reines. Avant de décéder en 1962, il sut à son tour passer la main et transmettre le savoir-faire à Louis Thiers (décédé en 1985) qui lui-même transmit l’art des forgerons à Pierre Thiers (décédé en 1997), puis Philippe Thiers. Tout au long du XXème siècle la transmission du savoir-faire au sein de cette famille est un modèle de réussite.

L'équipe de la forge de coupe-choux Thiers-Issard en 1912.
L’équipe de la forge Thiers-Issard en 1912.

Le savoir-faire des coupe-choux Thiers-Issard

Le savoir-faire de Thiers-Issard réside premièrement dans la fabrication manuelle des coupe-choux (ou rasoirs droits). Depuis les lames conçues dans les meilleurs aciers jusqu’aux chasses fabriquées dans un incroyable nombre de matières comme la corne, l’ivoire, l’os de baleine, l’os de bœuf ainsi que tous les bois du monde. La réputation des coupe-choux Thiers-Issard dépasse rapidement les frontières, permettant de vendre des coupe-choux dans des dizaines de pays à travers le monde.

Ancien prospectus vente de coupe-choux Tiers-Issard
Ancien prospectus Thiers-Issard

Mais le savoir-faire ne s’arrête pas aux coupe-choux. D’abord Pierre Thiers lui-même fabriquait à la main dans sa forge, en plus des rasoirs, des serpettes et des couteaux de cuisine. Depuis les années 1990, ayant acquis une connaissance pointue du travail des métaux, l’entreprise thiernoise fabrique ou a fabriqué une variété de produits très spécifiques comme des anches d’instruments de musique, des rasoirs de vétérinaires, des scies à jambon mais aussi des lames pour couper les frites. Thiers-Issard a même travaillé pour l’armée française en lui fabriquant des machettes.

Photo de l'ancienne usine Thiers-Issard
Usine de fabrication Thiers-Issard.

1985, l’arrivée de M. Reynewater à la tête de Thiers-Issard

Philippe Thiers, dernier héritier de Pierre Thiers, vend l’entreprise à M. Gilles Reynewater en 1985. Ce dernier a toujours travaillé dans la coutellerie, ayant fondé sa propre coutellerie en 1948. Après l’acquisition en 1985, M. Reynewater fit l’acquisition de nombreuses autres coutelleries, fonderies et manufactures comme Georges Goutte, Perard-Dassaud, Sauzedde-Roddier ou Bost-Chatelet.

Il perpétue la tradition de la fabrique à la main et de l’utilisation des plus beaux et nobles matériaux. Même si de nouvelles machines sont venues aider le travail de l’homme, aujourd’hui 90% du travail de fabrication d’un coupe-choux Thiers-Issard est encore réalisé à la main !

Fabrication d'un coupe-choux dans l'atelier.
Atelier Thiers-Issard de fabrication de coupe-choux

Au décès de Pierre Thiers, en 1929, la firme Thiers-Issard produisait annuellement plus de 280 000 rasoirs. En 1985, le volume annuel avait chuté à moins de 4 000 pièces… Trente ans plus tard, la production est remontée à 18 000 rasoirs, et la tendance continue à augmenter doucement mais sûrement. Souhaitons-leur de continuer sur cette belle lancée !

L’histoire des marques de Thiers-Issard

Au cours de sa carrière, Pierre Thiers déposa une cinquantaine de marques différentes. Certaines de ces marques sont devenues véritablement iconiques et ont su perdurer car elles sont encore au catalogue actuel : Spartacus, Bijou de France, Durandal, Loup et Bélier, Renard et Coq, Bison, Le Zèbre, Le Dandy, 1937 Spécial-Coiffeur, le Gnôme, Le Petit Français…

Le “1937 Spécial-Coiffeur” est un hommage aux coiffeurs qui, cette année-là, entrèrent en conflit ouvert contre leurs employeurs. Afin de protester, ils se mirent à raser gratuitement les clients juste à l’extérieur des salons. C’est de cet événement que viendrait la fameuse expression : “On rase gratis” !

Logo des marques de coupe-choux Tiers-Issard
Les marques de coupe-choux Thierss-Issard

En savoir plus sur le coupe-choux :

Vous aimerez également

2 Replies to Les coupe-choux Thiers-Issard : une histoire légendaire !

  1. Très bon article sur la famille Thiers Issard je me régale à lire le blog comment recevoir des notifications du blog?Merci 🙂

    1. Bonjour Thierry, merci beaucoup de vos encouragements ! Vous pouvez nous laisser votre email ici : https://www.coupe-choux.com/newsletter/
      Nous vous tiendrons informé de la sortie de nouveaux articles.
      N’hésitez pas à nous laisser d’autres commentaires et à en parler autour de vous.
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.